Génération X vs Génération Z

Partage l'article 💗:
  •  
  •  
  •  
  •  

génération xz

Les temps changent!

Lorsque j’observe ma fille aînée de 15 ans 1/2, je ne peux m’empêcher de me voir au même âge. Je me dis finalement que ses aspirations ne sont pas si éloignées de celles que j’avais à la même époque. Ce qui nous différencie, c’est notre environnement. Les temps changent… forcément. Par exemple, j’ai connu une cohabitation avec ma grand-mère et mes arrière grands-parents paternels qu’elle n’imagine pas un instant possible aujourd’hui! Cette différence d’époque est la base de la plupart des affrontements entre génération.

Histoire de générations…

Les générations sont généralement classées par événements plutôt que par dates arbitraires. Les années de naissance de la génération Z sont généralement reconnues comme allant de 1996 à 2009. L’année de départ a été choisie pour que cette génération n’englobe que les personnes qui ne se souviennent pas des attaques terroristes du 11 septembre 2001, par exemple. L’idée est que si vous êtes né en 1996 ou plus tard, vous ne pouvez tout simplement pas assimiler le monde avant ces attaques comme étant le vôtre.

Pour la génération Z, la guerre contre le terrorisme a toujours été la norme. Tout comme ma génération, la génération X, est celle du SIDA, de Coluche et des Restos du Cœur.

Les enfants de la télé!

les enfants de la télé2

Il faut se rendre à l’évidence, et sortir des idées reçues! Admettons-le! Nous sommes tentés de passer de l’autre côté de la barrière, de devenir ce que nous avons toujours refusé de devenir… des parents oui, mais des parents Vieux, des Darons, des Daronnes, des parents avec une morale… “de mon temps, c’était pas comme ça!”, des parents avec un décalage de langage. Oui mais Non!!! On va pas se laisser abattre, on fait partie de cette génération X: on connaît les frères Bogdanov, on a grandi avec Goldorak, Candy, Dorothée et on a servi les grandes théories de Françoise Dolto, de Montessori et de Freinet.  Génération des années 80, quoi!!! LES ENFANTS DE LA TELE!

Sommes-nous si éloignés de nos enfants pour ne pas comprendre leur génération?

On est né avec la télé tout comme eux sont nés avec les réseaux sociaux. Et quand je vois mes enfants passer des heures sur les écrans, je me revois à leur place devant ma télé, mes parents jugeant négative la consommation de cette petite lucarne bleue. N’avons-nous pas façonné d’une certaine façon les comportements de nos enfants? Cette curiosité, ce besoin de voir, de se projeter…

Or, on a tendance à dresser un portrait assez sombre de cette génération: zappeurs,  rebelles, déconcentrés, impatients, hyper-connectés, une génération qui aura du mal à trouver sa place demain dans la société car on aura passé trop de temps à leur dire à quel point ils étaient « spéciaux », à leur répéter combien on les aime à longueur de journée, à défaut de leur apprendre la valeur du travail, le dépassement de soi… On les a poussé vers un nouveau rapport à la compétence et au savoir. Ils sont en quête de sens et ils veulent être heureux, maintenant et tout de suite!

Vers une nouvelle génération: les NAKIs

Il y en a marre de toujours voir les choses en noir, de se dire…

Oh non, voilà l’adolescence! Période pourrie, j’ai perdu mon enfant… il était si gentil quand il était petit! Réveillons-nous! Ce sont toujours nos enfants qui sont en face de nous. Bon d’accord, ils soufflent, ils sont fatigués, ils sont au bout de leur vie… ils GRANDISSENT!

Mais ils sont intelligents, ils savent faire en 5 minutes ce qui nous prend 2 heures sur internet. Ce sont les Nouveaux Adolescents Konnectés intelligemment, ce sont les NAKIs, comme j’ai eu envie de les appeler. Bon d’accord, j’ai délibérément fait une faute à “konnectés” car il ne faut pas exagérer, nos ados ne savent pas écrire sans faire de fautes.

Oui, je l’avoue. Etre parent d’un adolescent peut être effrayant et frustrant. On doit faire face aux flots d’émotions contraires , “Jean qui rit et Jean qui pleure”, enfin surtout “jean qui fait la gueule et qui a le seum”, considérant cette inconstance émotionnelle comme un manque de maturité évident. Mais pour moi, il ne s’agit pas de cela. Aujourd’hui, on peut expliquer certains comportements grâce aux neurosciences. L’adolescence est une période de changements réels dans le cerveau en développement. Elle devrait être considérée comme une période de grande aventure et d’exploration, plutôt que comme une période où les adolescents ont juste besoin de «grandir le plus vite possible en limitant les dégâts!».

En fait, la façon dont chacun de nous navigue dans l’adolescence a un impact direct sur la façon de vivre le reste de nos vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux savoir comment tu apprends? Télécharge mon PDF, c'est gratuit!😀
%d blogueurs aiment cette page :