Octopus paxarbolis: à la recherche du fake!

Partage l'article 💗:
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Octopus paxarbolis: à la recherche du fake! Connaissez-vous la pieuvre arboricole ou plutôt la pieuvre qui monte aux arbres? Non?!!! Shame on you!!!

Bon, je vous raconte l’histoire.

Save the Pacific Northwest Tree Octopus http://zapatopi.net/treeoctopus/

http://zapatopi.net/treeoctopus/

L’Octopus paxarbolis (en latin) désigne une pieuvre arboricole ; comprenez : une pieuvre qui grimpe aux arbres. Ce céphalopode vit à la fois sur terre et dans l’eau, dans la forêt nationale d’Olympic et les rivières proches, dans l’État de Washington aux États-Unis et le Nord-Ouest Pacifique. Il se reproduit dans l’eau. Son prédateur principal est le Sasquatch. La pieuvre arboricole est en grand danger d’extinction.
Le Sasquatch, géant velu, vit au Canada et aux États-Unis. On le surnomme aussi Bigfoot, Grand Pied en anglais. Cet être humanoïde occupe principalement les grandes chaînes de montagnes (Adirondacks, Rocheuses, Appalaches) ainsi que les régions très boisées et faiblement peuplées par l’homme (les Everglades).
C’est Lyle Zapato qui a créé ce canular en 1998.

En 2005, des chercheurs de l’Université du Connecticut ont demandé à un groupe d’élèves de chercher sur un site Web des informations sur le poulpe nord-ouest du Pacifique, ou Octopus paxarbolis. La page Web décrit en détail les rituels de reproduction de la créature, son régime alimentaire préféré et son habitat feuillu. En appliquant le modèle analytique qu’ils avaient appris, les élèves ont évalué la fiabilité du site et des informations qu’il offrait. Leur jugement? La pieuvre existait vraiment. Tous les élèves sauf un ont qualifié le site Web de «très crédible».

Tout le monde peut publier n’importe quoi sur Internet: Octopus paxarbolis

Malgré cela, les élèves ne savent pas comment évaluer la fiabilité des informations qu’ils y lisent.

Bon d’accord, je vous l’accorde! Vous devez penser qu’ils n’étaient pas futés, ces élèves. Une pieuvre qui grimpe à un arbre… et puis quoi encore! Encore aurait-il fallu qu’ils comprennent le mot “arboricole”, mot soit dit en passant, très utilisé dans la langue courante! Plaisanterie mise à part, on peut partir du principe qu’ils ont fait confiance à leur professeur avant tout.

Le petit nombre d’élèves qui ont jugé la page non fiable provenaient tous de la même école et venaient d’apprendre à partir de l’exemple de l’Octopus paxarbolis comment se fier des informations d’un site internet. Aucun mérite!

“Nous supposons que, parce que ces enfants sont “calés” dans le domaine de la culture pop et qu’ils naviguent sur Facebook, ils seront également efficaces pour évaluer de manière critique d’autres informations en ligne. Mais en réalité, ils n’ont pas de compétences du tout”, a déclaré Donald Leu, professeur à l’université du Connecticut.

Selon Leu, ce n’est pas que les enfants d’aujourd’hui sont plus crédules ou plus stupides qu’avant, on ne forme pas à Internet dans les écoles, c’est tout. Je trouve cela dommage que les professeurs ne forment pas leurs élèves aux nouvelles technologies sous prétexte qu’internet est chronophage et très dur à sécuriser. J’ai tendance à penser que certains enseignants et parents se voilent la face et baissent les bras de peur de ne pas être à la hauteur.

Arrêtons de faire l’autruche, bon sang! Il est de notre devoir de prévenir des risques de déviance concernant l’information.

Toutes les informations proviennent de manuels scolaires qui sont filtrés. On élimine toutes les questions controversées de sorte que les enfants apprennent à présumer que ce qu’ils lisent est vrai. Mais il ne faut pas se leurrer, les manuels d’Histoire sont truffés non pas de fakes (attention, je vais m’attirer la foudre des puristes!) mais d’informations parfois subjectives (on n’est pas des robots quand on écrit!) qui pousse le lecteur à une interprétation biaisée de l’Histoire.

Soyez Vigilants! Devenez critiques!

Car Internet est devenu une source d’information essentielle. Habituez-vous émettre un jugement critique sur ce que vous lisez en ligne. Ainsi, vous deviendrez plus efficaces dans votre travail et dans votre vie.

Il ne fait aucun doute que les étudiants d’aujourd’hui et les travailleurs de demain devront innover, collaborer et évaluer pour nommer trois des «compétences du XXIe siècle» chères aux passionnés d’alphabétisation numérique. Mais de telles compétences ne peuvent être séparées des connaissances qui les génèrent.

  • Pour innover, il faut savoir ce qui a précédé.
  • Pour collaborer, vous devez apporter des connaissances communes à l’entreprise .
  • Et pour évaluer, vous devez comparer les nouvelles informations aux connaissances que vous maîtrisez déjà .

La pensée critique est cruciale, mais il faut que vous vous y engagiez chaque fois que vous analysez un texte  ou les motifs d’un narrateur peu fiable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu veux savoir comment tu apprends? Télécharge mon PDF, c'est gratuit!😀
%d blogueurs aiment cette page :